Un pays ne peut se développer lorsque le mensonge est érigé en mode de gouvernance.

Actuellement, Libreville la capitale du Gabon croule sous les ordures. La situation est tellement catastrophique qu’une épidémie de gale s’y est déclarée et les grandes pluies qui arrivent ne vont pas arranger les choses.

Bongo ondimba ali (boa) prend la parole dans la vidéo ci-dessous pour menacer de sanctions ceux qui sont à l’origine de cette situation.

Or, tout le monde sait – puisque les responsables de l’entreprise AVERDA, chargée du ramassage des ordures, ont dit haut et fort que les raisons de la cessation de leur service ne sont rien d’autre que le non-paiement de leurs factures par l’État gabonais et l’état lamentable dans lequel se trouve la déchetterie de Libreville (cf. vidéo ci-contre).

Comment un individu qui ment à ce point à la face du monde pense pouvoir se faire respecter ? Mentir de la sorte témoigne certainement d’une absence criarde de valeurs et de probité morale, mais c’est peut-être aussi le fait d’une maladie mentale qu’il convient de diagnostiquer.

A l’entendre, on a comme l’impression que pour lui, dire des mensonges à la télévision les transforment en vérité. Or, répéter inexorablement un mensonge ne le transforme pas en vérité. Il ne devient pas vérité, même s’il est partagé par un grand nombre.  De même, la vérité n’a  rien à voir avec le nombre de ceux qui la reconnaissent ou témoignent pour elle. Elle garde sa qualité, même s’il n’y a personne pour la reconnaître. C’est pour cela qu’il n’y a pas de puissance contre la vérité.

Charles Garfield disait que les sociétés qui se focalisent sur les valeurs plutôt que sur les profits finissent par améliorer leurs résultats.

Lorsque nous allons dans un pays, qu’est-ce qui nous met en admiration ? La beauté du pays, la manière dont il est construit, les conditions et le mode de vie des populations, les valeurs qui caractérisent ces populations. Tout ceci résulte évidemment de la bonne gouvernance, de la juste utilisation des ressources du pays. C’est pourquoi la Bible dit que « la justice élève une nation, mais le péché est la honte des peuples ». Or, le fondement de la justice c’est la vérité.

Tant que le Gabon sera dirigé par des menteurs et sur la base du mensonge (puisqu’ils sont au pouvoir après avoir volé les élections et massacré les populations), il n’y aura rien à espérer de la part de ce régime. Et ce d’autant plus qu’ils ont fait le choix depuis toujours de la gouvernance du bâton, un paradigme politique fondé sur le droit de réprimer et le refus d’écouter les populations.

C’est la raison pour laquelle nous devons continuer à leur résister pour les mettre hors d’état de nuire.

Nous ne devons absolument rien lâcher.

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *