L’éducation des populations

L’importance de l’éducation

De nos jours, tous les pays sont en quête de performance et d’efficacité pour continuer d’améliorer le niveau de vie de leurs populations. Les pays développés cherchent à accroître leur développement, tandis que ceux en voie de l’être sont résolument déterminés à réduire leur retard.

L’éducation est un moteur de croissance économique en ce sens, qu’elle conditionne la modification des comportements sociaux et des modes de production, qu’elle est source de productivité et de compétitivité.

Nombreuses sont les études qui ont mis en évidence l’impact positif des dépenses d’éducation sur la réduction de la pauvreté et des inégalités. L’éducation rend les populations moins vulnérables et favorise leur participation au développement. Elle favorise l’exercice de la citoyenneté et la bonne gouvernance.

L’éducation a, aussi, des effets positifs incontestables sur l’environnement et la gestion des ressources naturelles, la démographie, l’hygiène et l’état sanitaire des populations. Elle est donc une condition du développement durable.

Toutes les études menées sur les différentes régions du monde en développement ont clairement établi qu’il n’y a pas de croissance durable sans une production préalable suffisante de capital humain.

La production de ce capital humain capable de soutenir la croissance économique d’un pays passe forcément par l’Ecole (au sens large du terme), c’est-à-dire par l’ensemble du système éducatif, de la maternelle à l’université, sans oublier les structures de formation professionnelle et artisanale.

Chaque pays doit produire un capital humain en adéquation avec ses besoins et ses objectifs de développement. Ce qui précède pourrait ressembler à une lapalissade et pourtant, dans plusieurs pays, surtout ceux en voie de développement, on note une inadéquation formation-emploi et surtout un abandon total du domaine de l’éducation qui au fil des années devient de plus en plus obsolète.

Il est temps qu’aujourd’hui, l’éducation ait toute sa place dans les processus de développement et qu’elle serve à nouveau d’ascenseur social pour les plus défavorisés.

A travers l’Association Joseph pour la promotion de l’Education et la formation,  que j’ai créée et que je préside, j’encourage les jeunes et les moins jeunes à « rêver » d’un avenir meilleur et à œuvrer pour que leurs rêves deviennent réalité. Et pour moi, seule l’éducation peut les y mener. L’Association Joseph aide les centres de Documentation et d’Informations (CDI) des établissements scolaires secondaires, les centres de lecture et les bibliothèques municipales à s’équiper en livres, ordinateurs et autres matériels pédagogique et didactique.

Partager :