La lutte panafricaine

Le panafricanisme est né à la fin du XVIIIème siècle à peu près en même temps que libéralisme et le socialisme (Boukari-Yabara, 2015) dans un contexte de lutte idéologique contre la discrimination raciale et la colonisation.

Il est défini comme un mouvement politique et culturel qui considère l’Afrique, les Africains et les descendants d’Africains, hors d’Afrique, comme un seul ensemble visant à régénérer et unifier l’Afrique, ainsi qu’à encourager un sentiment de solidarité entre les populations du monde africain.

Le panafricanisme glorifie le passé de l’Afrique et inculque la fierté par les VALEURS africaines. Il véhicule un sentiment de solidarité entre les populations du monde africain.

Il vise aussi la coopération économique, intellectuelle et politique entre les pays africains. Il exige que les richesses du continent soient utilisées pour développement de ses peuples. Il appelle à l’unification des marchés financiers et économiques et un nouveau paysage politique du continent.

Pour les militants panafricains, le sort des peuples noirs partout dans le monde est lié à celui du continent africain, que tant que l’Afrique sera dominée et humiliée, les Africains établis dans le reste du monde le seront également, indépendamment de leur réussite individuelle.

Par ailleurs, dans ce contexte de mondialisation où ceux qui pensent diriger le monde avance en rangs serrés (Etats-Unis d’Amérique, Union Européenne, Chine…), les états africains ne pourront se faire une place en luttant chacun individuellement. Que peuvent faire des micro-états comme le Gabon, le Togo, le Bénin, la Guinée-Équatoriale et bien d’autres face à la concurrence imposée par ces grands ensembles ?

Le salut de l’Afrique passe par le panafricanisme ; le vrai. Pas celui qui est galvaudé au profit des dictateurs qui pillent, oppriment et avilissent les africains. Il ne suffit pas d’être « noir », de prétendre lutter contre les anciennes puissances coloniales alors que ce sont les mêmes qui les ont mis et les maintiennent au pouvoir pour se dire panafricaniste. Nous venons de le dire : un panafricaniste œuvre pour que l’Afrique soit un continent respecté dont les richesses profitent en premier à ses enfants.

Face à tous les défis auxquels l’Afrique doit faire face aujourd’hui, il est urgentissime que ses enfants se mettent ensemble pour être plus forts.

Partager :